Bien rémunérés, bien assurés…

Un salarié « bien couvert » par son entreprise est un salarié qui se sent sécurisé donc prêt à concentrer son énergie sur son travail. Aussi l’entreprise doit-elle bien gérer les régimes de protection sociale protégeant ses salariés.

Interview de Pascale COIN, Conseil en ingénierie des régimes sociaux.

En quoi consiste votre rôle de Conseil ?

Optimiser la couverture sociale complémentaire : décès, incapacité de travail, invalidité et couverture des dépenses de santé.

Nous nous adressons tout d’abord aux dirigeants afin de leur faire prendre conscience des enjeux de la protection sociale.

Enjeux financiers, car les budgets de la protection sociale absorbent un pourcentage significatif de la masse salariale. Enjeux sociaux puisque la protection sociale est l’un des champs privilégiés du dialogue avec les salariés.

Enfin, si l’entreprise se désintéresse de la couverture sociale de ses collaborateurs, ceux-ci ne seront que partiellement couverts par la Sécurité sociale, et, pour de multiples raisons, n’assureront pas leurs familles ou leur revenu. Cette situation n’est pas non plus confortable pour les chefs d’entreprise, qui, ayant des salaires élevés, se sentent particulièrement concernés à titre personnel.

Une fois fixés les enjeux, notre rôle consiste à aider l’entreprise à construire son projet, à permettre sa mise en œuvre, à  optimiser les solutions, ce que nous  nommons l’ingénierie des

régimes sociaux. Bien sûr,

les besoins évoluant avec l’entreprise, il s’agit le plus souvent d’une ré-ingénierie de régimes existants. De cinq à dix ans peuvent parfois s’écouler entre deux évaluations, ce qui est manifestement trop long en regard des évolutions démographiques, juridiques et économiques. Nous conseillons à nos clients de faire un point approfondi sur leur dossier tous les trois ans.

S’agit-il seulement de conception ou bien intervenez-vous dans la réalisation du projet ?

La conception doit être d’autant plus rigoureuse qu’elle doit respecter un environnement juridique et fiscal de plus en plus complexe et qui évolue énormément sur ces 2 dernières décennies.

J’offre le plus souvent une prestation « clés en mains » traitant le cadre juridique, le régime de prestations sociales, le ou les  organismes assureurs sélectionnés sur cahier des charges et la communication interne vers les salariés. Bien entendu, nos travaux sont conduits en étroite collaboration avec les DRH, les représentants du personnel et, le cas échéant, les conseils de l’entreprise.

Comment vous situez vous par rapport aux courtiers d’assurances de vos clients ?

Parfois, le courtier d’assurances n’intervient pas sur le dossier social, qui est traité directement avec les assureurs, institutions de prévoyance ou mutuelles. Lorsqu’il intervient, il se limite en principe à l’optimisation du rapport qualité/prix des prestations offertes, et ne traite pas les phases amont et aval du projet. Nous savons donc intégrer le service du courtier à notre mission, mais nous nous trouvons aussi en concurrence sur certains dossiers.

Que peut-on dire des économies réalisées ?

 Il s’agit, avant tout, de mieux investir et de mieux communiquer sur les régimes sociaux. En la matière, les entreprises ne font pas suffisamment connaître leurs réalisations, alors que les salariés sont de plus en plus sensibles à la qualité de la couverture sociale.

Nous visons et, le plus souvent, nous obtenons des économies structurelles grâce à une bonne adéquation des besoins de la population des salariés, des contraintes financières de l’entreprise et des capacités du marché de l’assurance.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>